Chançons royaulx >> Chançon royal 4 bis

Une brebis, une chievre, un cheval

Incipit Une brebis, une chievre, un cheval
Titre Balade moult morale
 
Emplacement dans le ms. de référence 135c-136a
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence CCCXCVII

Balade moult morale

 

 

Une brebis, une chievre, un cheval

 

 

 

 

Qui charruoitMs. charruoient en une grant aree,

 

135d

 

 

Et deux grans buefs qui tirent en un val

 

 

 

 

Pierre c'om ot d'un hault mont descavee,

 

 

5

 

Une vache sanz lait, moult descharnee,

 

 

 

 

Un povre asne qui ses crochés portoit

 

 

 

 

S'encontrent la, et aux bestes disoit :

 

 

 

 

― Je viens de court. Mais la est un mestiers

 

 

 

 

Qui tond et ret les bestes trop estroit.

 

 

10

 

Pour ce vous pry, gardéz vous des barbiers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors li chevaulx dit : ― Trop m'ont fait de mal.

 

 

 

 

Jusques aux os m'ont la char entamee :

 

 

 

 

Souffrir ne puis cuilliere ne poitral.

 

 

 

 

Les buefs dient : Nostre pel est pellee.

 

 

15

 

La chievre dit : ― Je suy toute affolee.

 

 

 

 

Et la vache de son veel se plaingnoit,

 

 

 

 

Que mengié ont. Et la brebis disoit :

 

 

 

 

― Pendu soit il qui fist forcés premiers.

 

 

 

 

Car trois foiz l'an n'est pas de tondre droit.

 

 

20

 

Pour ce vous pry, gardéz vous des barbiers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou temps passé tuit li occidental

 

 

 

 

Orent long poil et grant barbe mellee.

 

 

 

 

Une foiz l'an tondoient leur bestal,

 

 

 

 

[Et conquistrent mainte terre a l'espee.Vers suppléés d'après le texte de 4

 

 

25

 

Une fois l'an firent fauchier la pree :]Vers suppléés d'après le texte de 4

 

 

 

 

Eulz, le bestal, la terre grasse estoit

 

 

 

 

En cel estat, et chascun labouroit.

 

 

 

 

Ayses furent lorsMs. les noz peres premiersMs. jadis.

 

 

 

 

Autrement va, chascun tond ce qu'il voit :

 

 

30

 

Pour ce vous pry, gardéz vous des barbiers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et l'asne dit : Qui pert le principal

 

 

 

 

Et rest le cuir, sa terreSaint-Hilaire corrige en rente est mal fondee :

 

 

 

 

A erreSaint-Hilaire corrige en La beste muert. Rien ne demeure ou pal

 

 

 

 

Dont la terre puist lors estre amendee.

 

 

35

 

Le labour fault : plus ne convient c'om ree

 

 

 

 

Et si fault il labourer qui que soit,

 

 

 

 

Ou li barbiers de famine mourroit.

 

 

 

 

Mais joye font des peaulx les pelletiers.

 

136a

 

 

Dueil feroient, qui les escorcheroit :

 

 

40

 

Pour ce vous pry, gardéz vous des barbiers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chievre donc respondi a estal :

 

 

 

 

― Singes et loups ont ceste loy trouvee,

 

 

 

 

Et ces gros ours du lyon curial

 

 

 

 

Qui de no poil ont la gueule estoupee,

 

 

45

 

[Trop souvent est nostre barbe couppee]Vers manquant suppléé d'après 4

 

 

 

 

Et nostre poil, dont nous avons plus froit.

 

 

 

 

Rere trop pres fait le cuir estre roit :

 

 

 

 

Ainsi vivrons envis ou voulentiers.

 

 

 

 

Vive qui puet : trop sommes a destroit :

 

 

50

 

Pour ce vous pry, gardéz vous des barbiers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Noble lyon, qui bien s'aviseroit

 

 

 

 

Que par raison son bestail ne tondroit,

 

 

 

 

Quant il seroit temps et lieu et mestiers.

 

 

 

 

Qui trop le tond, il se gaste et deçoit,

 

 

55

 

Et au besoing nulle rien n'en reçoit :

 

 

 

 

Pour ce vous pry, gardéz vous des barbiers.